Naturopathe

 Serge Busi,   un naturopathe

 

Conférence

 

Curiosité pour la géobiologie, solidarité avec les personnes privées d'emploi... il semble que les deux sentiments ont eu leur part dans le succès de la conférence sur la géobiologie organisée par le Groupe des chercheurs d'emploi et animée par Serge Busi.

 

Rien de plus naturel en effet pour ces personnes qui possèdent toutes des compétences, mais privées de pouvoir les exercer dans le cadre d'un emploi, de vouloir les exprimer tout de même, quitte à créer un cadre qui le leur permette.

« L'objectif de cette conférence, sans rapport apparent avec les chercheurs d'emplois, est de faire connaître le groupe », comme l'indiquait leur président, en accueillant les auditeurs de la soirée.

 

Savoir faire ou manière d'être, la vie professionnelle apporte quotidiennement mille signes de reconnaissance quant au comportement de chacun.

 

La personne privée d'emploi, elle, se retrouve petit à petit, à mesure que sa rupture avec le monde du travail se prolonge, privée de ces signes. Chacun est conscient de ce manque, mais il n'en fait pas moins son œuvre dans le moral du chômeur, construisant les sentiments d'échec, d’inutilité

Grâce à la collaboration de Serge Busi, cependant ce soir-là, les membres de l'association avaient quelques raisons d'être satisfaits de leur manifestation. Après deux heures et demi d'attention, de l'avis de beaucoup, l'exposé avait encore semblétrop court .

 

Un don,  la géobiologie ?

Comme le répète Serge Busi « ou bien ce n'est pas un don, ou bien nous l'avons tous », et ce n'est sans doute que dans la passion qui l'anime, qu'il faut chercher la source de ses qualités de conférencier. .

 

Durant ses trentes années à courir les bois en qualité de garde forestier, la nature a profondément imprégné Serge Busi de ses-bonheurs et de ses mystères. Observateur inlassable, il a découvert les phénomènes électromagnétiques il y a une quinzaine d'années, dans un ouvrage traitant des lignes d'Hartmann. Pour Serge Busi, c'était une confirmation plus qu'une découverte.

Depuis près de cinquante ans, des radiesthésistes, physiciens ou médecins ont mis en évidence une certaine influence du sol ou d'un lieu sur la croissance ou le comportement des plantes, des animaux et même des hommes. Failles et courts d'eau souterrains mais aussi lignes telluriques dégageraient des ondes dont il faut se garder.

Mis en lumière pour la première fois au début des années 40, le réseau Hartmann est une sorte de trame très dense, puisque les lignes orientéés Nord-Sud et Est-Ouest qui la composent ne sont espacées que d'environ deux mètres les unes des autres.

La présence de réseaux électromagnétiques est rapidement confirmé par les docteurs Peyre, et surtout Curry qui en  donne son nom. Ce dernier vient croiser les lignes d'Hartmann à environ 45 °.

 

Histoires d'ondes ...

 

Tout comme les failles ou les cours d'eau souterrains, l'influence électromagnétique des lignes de Hartmann ou de Curry vient des profondeurs du sol et leurs effets se font sentir, d'après Serge Busi, à quelque étage où que l'on soit. Problèmes d'insomnies, irritabilité au réveil ou douleurs chroniques trouvent selon lui, dans de nombreux cas, une solution en modifiant simplement l'orientation du couchage. C'est ainsi que les douleurs persistantes d'une petite fille, malgré une appendicectomie, ont finalement disparu. « "Très souvent,un ”noeud” de lignes est impliqué dans un symptome chronique, précise-t-il. ll ne s'agit pas de nier les autres facteurs, origines de la maladie, mais de tenir compte de ces éléments électromagnétiques aggravants ».   

 

« Presque tous les animaux fuient ces lignes » affirme le conférencier, fort de ses observations. Sauf les chats et les fourmis qui semblent plutôt bien s'en accommoder ». Pour ce qui est de cette influence sur les arbres, là le forestier est catégorique « tous les arbres dédoublés ou présentant de grosses anomalies sont plantés à un croisement de lignes ». ll conseille ainsi aux jardinier de simplement changer l'emplacement d'un arbre ou d'une plante qui ne prend pas, ou prend mal.

 

Loin de l'ésotérisme, le témoignage de Serge Busi est celui d'un naturaliste pour qui, paraphrasant Teilhard de Chardin, « il suffit de se rappeler que chacun des atomes qui nous composent sont les mêmes qui font les animaux comme les plantes, et recèlent la mémoire de la terre.

 

Comprendre les effes des champs électrique sur notre santé ...

×